INFORMATIONS

Premier accord mondial pour des réductions "significatives" de la pollution plastique

Premier accord mondial pour des réductions


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dans une série d'engagements volontaires, les groupes verts ont averti qu'ils n'avaient pas réussi à lutter contre la crise de la pollution de la Terre. Mais les États membres des Nations Unies ont convenu de «réduire considérablement» les plastiques à usage unique au cours de la prochaine décennie.

La promesse est venue après des discussions marathon avec près de 200 ministres à l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement (UNEA) à Nairobi, au Kenya.

L'agence de presse française AFP rapporte que les pays sont parvenus à un accord sur les articles en plastique jetables tels que les sacs, les gobelets et les couverts pour réduire les plus de 8 millions de tonnes de plastiques qui pénètrent dans les océans chaque année.

Le projet de déclaration ministérielle, publié lors d'une journée de manifestations de jeunes contre le changement climatique, ne faisait que deux références au réchauffement climatique causé par l'homme et aucune aux combustibles fossiles qui le conduisaient.

Bien que l'accord marque le premier engagement mondial à freiner les plastiques, les groupes environnementaux affirment que les promesses ne vont pas assez loin pour répondre de toute urgence à la crise croissante de la pollution qui menace le monde.

L'AFP rapporte que les pays ont convenu de «remédier aux dommages causés à nos écosystèmes par l'utilisation et l'élimination non durables des produits en plastique, notamment en réduisant considérablement les produits en plastique à usage unique d'ici 2030».

Des sources proches des pourparlers ont déclaré à l'AFP que plusieurs pays riches, dirigés par les États-Unis, avaient eu une influence sur la dilution de l'engagement.

Une première déclaration ministérielle au début de la réunion de l'ANUE avait proposé un engagement à «éliminer les plastiques à usage unique d'ici 2025», une promesse bien plus forte que ce que les nations compromettantes semblent avoir réalisé.

"Il est difficile de trouver une solution pour tous les Etats membres", a déclaré Siim Kiisler, président de l'ANUE.

«L'environnement est à un tournant. Nous n'avons pas besoin de documents détaillés, nous avons besoin d'engagements concrets », a-t-il déclaré aux journalistes.

Cependant, M. Kiisler s'est dit fier que les pays aient accepté le "premier accord universel" pour réduire l'utilisation des plastiques.

Le monde produit actuellement plus de 300 millions de tonnes de plastique par an, et il y a au moins cinq billions de morceaux de plastique flottant dans nos océans, selon les scientifiques.

L'ONU a précédemment publié son évaluation périodique de la santé de la planète.

Un quart de tous les décès et maladies prématurés sont causés par la pollution d'origine humaine, les dommages environnementaux et le manque d'accès à des services d'assainissement propres, selon le rapport Global Environmental Outlook.

Joyce Msuya, chef intérimaire de l'environnement de l'ONU, a déclaré que les États étaient parvenus à un consensus sur "des questions vitales pour la santé humaine et planétaire".

Contrairement au processus parallèle de l'ONU sur le changement climatique, l'assemblée environnementale n'a aucun moyen légal de faire respecter ce que les pays promettent.

Les groupes environnementaux ont réservé un accueil tiède aux engagements pris lors de la réunion.

"Les dirigeants mondiaux se sont mis d'accord sur des mesures importantes pour protéger l'environnement", a déclaré à l'AFP Harjeet Singh d'ActionAid.

"Mais nous ne pouvons pas continuer à ignorer la situation dans son ensemble, l'augmentation des inégalités mondiales entraîne des niveaux de consommation non durables et détruit les ressources naturelles du monde."

Mohamed Adow, de Christian Aid, a déclaré que "davantage était attendu de cette réunion pour aborder la seule crise environnementale existentielle de notre temps: le changement climatique".


Vidéo: La Quotidienne du 25 Avril - Électricité: les bons plans pour moins consommer! (Mai 2022).